La photocatalyse PHOTOCAL rend les surfaces autonettoyantes

Publié le par PHOTOCAL

PHOTOCAL rend toutes les surfaces AUTONNETOYANTES et les protège contre les dégradations des U.V. 
plan-photocatalyse-copie.jpg

Les matériaux sont essentiellement affectés par la pollution acide qui entraîne une dégradation des édifices, monuments ou façades d’immeubles et constructions.La pollution acide (ou pluies acides), est liée aux polluants acides (SO2, Nox, NH3, HCI, HF) émis par les activités humaines qui retombent en partie à proximité des sources, mais aussi à des centaines, voire des milliers de kilomètres de leurs sources émettrices. Ces polluants retombent sous forme de retombées sèches ou humides. Ces polluants se transforment en sulfates et en nitrates dans le cas d’atmosphère sèche, ainsi qu’en acide sulfurique et en acide nitrique dans le cas d’atmosphère humide.

D’autres origines polluantes encrassent nos façades, toitures et terrasses: Les mousses, algues, champignons, etc.

Enfin de nombreuses dégradations sur les matériaux de façades sont dues aux rayons UV du soleil : Décoloration, farinage et cloquages des peintures et des laques.

La pollution atmosphérique met en danger notre patrimoine culturel et immobilier et occasionne d’onéreux travaux de ravalement de façades ou de restauration des monuments.

PHOTOCAL, appliqué sur les façades, toitures, vitrages, terrasses, routes, etc., décompose systématiquement par réaction photocatalytique, toutes les particules organiques entrant à son contact.

Factory-L-copie.jpg

Ces composés volatiles s’agglomèrent (collent) sur les surfaces grâce à l’effet graisseux et huileux de certaines d’entre elles, principalement des produits pétroliers (fumées d’échappement des véhicules mais également des usines et centres d’incinération des déchets).

PHOTOCAL, réagissant avec les rayons U.V. du soleil, décompose ces particules organiques huileuses et graisseuses.

N’ayant plus d’adhérence, l’ensemble des polluants est éliminé des matériaux par les eaux de pluie grâce à la super-hydrophilie de PHOTOCAL. En effet, l’eau ne forme pas des gouttes sur une surface traitée avec PHOTOCAL mais s’étend comme un voile. Par gravité, c’est à dire par son poids, ce voile d’eau glisse sur la surface entraînant avec lui l’ensemble des polluants décomposés et desséchés, laissant une surface parfaitement propre.

Grâce à cette super-hydrophilie, PHOTOCAL empêche:

- la présence inesthétique des tâches d’eau sur les surfaces lisses, en verre et en métal.
- la formation de buée

D’autre part, PHOTOCAL décompose systématiquement les mousses, algues, champignons et moisissures.

PHOTOCAL est antistatique et empêche les poussières d’adhérer aux surfaces.

Enfin, PHOTOCAL filtre les rayons UV à 99% et empêche leurs dégradations des peintures, laques et vernis : décoloration, farinage, cloquage, etc.

Suivant l’exposition et la qualité de l’application, l’activité photocatalytique dure de 5 à 10 ans.


Passé ce délai, renouveler l’application après avoir nettoyé les surfaces uniquement à l’eau froide éventuellement additionnée d’un détergent neutre.

PHOTOCAL est antistatique et empêche les poussières d’adhérer aux surfaces.
PHOTOCAL rend vos bâtiments et constructions autonettoyantes et préserve leur aspect neuf.

vitres.jpg
Pour en savoir plus ...

Commenter cet article

william 13/10/2007 21:45

bonjour, je trouve votre produit très intéressant, et j'aimerais me le procurer une fois celui-ci commercialisé. J'ai plusieurs questions:

-Quand et où PHOTOCAL sera t-il commercialisé?
-Sous quelle forme?
-Quel sera le prix?

PHOTOCAL 15/10/2007 18:42

Bonjour et merci pour votre commentaire.La commercialisation de la gamme des produits prêts à l'emploi PHOTOCAL a pris un peu de retard. Elle sera disponible d'ici 15 jours environ. Vous pourrez acquérir PHOTOCAL directement sur notre site de vente en ligne ou auprès des distributeurs régionaux qui seront renseignés sur ce même site.Les produits se présenteront en aerosols de 200CC, flacons d'1L et bidons de 10 litres. Les prix varieront de 80 à 95€/litre et seront bien entendu dégressifs suivant les quantités commandées. (1 litre couvre 50 M2 mais 2 couches étant nécessaires il faut compter 25M2 finis / litre - durabilité: 5ans et +).A votre disposition pour tous renseignements complémentaires,Cordiales salutations,JdG

AlainT. Archi 15/06/2007 13:11

Je suis architecte à Paris.
Il existe déjà plusieurs matériaux de construction agissant par photocatalyse. Quels seraient les avantages de vos produits s'il y en a, par rapport à ces matériaux ?

PHOTOCAL 15/06/2007 15:05

 Bonjour Alain,La différence entre la plupart de ces matériaux et PHOTOCAL réside dans le fait que la matière active (les nanoparticules de dioxyde de titane) est intégrée au matériau lors de sa production et de sa fabrication (béton, tuiles, peintures, carrelages, etc.). Le choix entre la technique d'intégration de la matière au support ou celle de PHOTOCAL consistant à revêtir le support une fois en place, se différencie à notre avis, en efficacité et/ou en coût. En effet, il faut savoir que seules les nanoparticules au contact de la lumière sont actives. Toutes celles qui sont incorporées dans une matière trouble et/ou opaque, et non apparentes à la surface de cette matière, n'agissent pas, sont inutiles et perdues. Pour rappel, les nanoparticules utilisées ont une taille qui varie de 5 à 50 nm...!Toute la difficulté consiste à « disperser » ces nanoparticules et à les mettre en « suspension » en surface afin que le maximum d'entre elles soient au contact de la lumière. Il est dés lors aisé et logique de comprendre qu'à quantité égale de nanoparticules, les films minces transparents PHOTOCAL (0,10 micron par couche) permettent une meilleure dispersion et suspension en surface et donc une efficacité supérieure comparativement au fait de devoir mélanger cette même quantité de nanoparticules à la matière constituant votre matériau, dont une grande partie d'entre elles sera perdue. Ou autrement dit, pour obtenir une efficacité équivalente aux films minces transparents PHOTOCAL, vous êtes amenés à utiliser une quantité beaucoup plus importante de nanoparticules dans votre matériau pour espérer en obtenir le même nombre apparent en surface, et donc à un coût beaucoup plus élevé.D'autre part, si vous souhaitez rendre un bâtiment intégralement autonettoyant en utilisant des matériaux spécifiques agissant par photocatalyse intégrée lors de leur fabrication, la liste sera longue et coûteuse: béton et enduits, tuiles, peintures, vitres, profilé en aluminium, plastiques, carrelages, etc. Outre l'attention de mise (pas toujours évidente sur un chantier...) à ne pas endommager les surfaces de ces matériaux lors de leur manipulation durant la construction qui diminuerait ou anéantirait l'efficacité de la réaction photocatalytique, n'est-il pas plus simple et moins coûteux de construire votre bâtiment avec des matériaux classiques et une fois terminé, de revêtir le tout avec un seul et même produit ?Sans vouloir polémiquer et quelque soit le choix de chacun, la seule priorité réellement importante est de prendre conscience de l'avantage à utiliser la photocatalyse pour notre environnement et pour notre santé !A votre disposition pour tous renseignements complémentaires et merci pour votre intervention.