Estimation des coûts attribuables à la pollution de l'air dans le secteur du bâtiment

Publié le par PHOTOCAL

 INTRODUCTIONburdi.jpg

Afin de guider la politique environnementale, il serait souhaitable de connaître le bénéfice d’une réduction des dommages dus à la pollution atmosphérique.
Notre approche s'appuie directement sur la fréquence et le montant des dépenses d'entretien ou de ravalement engagées par les propriétaires qui sont des données disponibles en France dans la mesure où elles ouvrent droit à une réduction d'impôts.

COÛT DE LA RENOVATION DES FACADES DU A LA POLLUTION A PARIS

Paris compte environ 120 000 immeubles et moins de 3 000 permis de ravalement sont accordés chaque année soit une fréquence de ravalement de près de 40 ans par immeuble. 
A l'aide des publications du Moniteur et d'une enquête téléphonique auprès de 6 entreprises de ravalement, nous avons pu recenser les prix de nettoyage et de ravalement des façades pratiqués en France.
- En moyenne le coût total de rénovation d'un m2 de façade s'élève à 40 €/M2.

A partir de ces données sur le coût du ravalement par M2 et sur le nombre de ravalements effectués à Paris, il est possible d'estimer le coût du ravalement à Paris. Il suffit au préalable d’estimer la surface moyenne d'une façade d'immeuble parisien. Si l'on suppose que seule la façade donnant sur la rue est exposée à la pollution urbaine et que sa hauteur et sa largeur moyennes sont de 20 m, on en déduit une surface moyenne de 400 M2. 
Dès lors, le coût du ravalement d'une façade s'élève à : 
= 400 M2/bâtiment x 40 €/m2 x 3000 bâtiments/an = 48 M€/an . 
La population parisienne étant de 2,15 millions habitants, cela induit une dépense annuelle par habitant de 22 €.

 

LEGISLATION

En 1852, un décret de loi introduit par Napoléon III imposa aux propriétaires d'immeuble parisien de nettoyer les façades exposées sur la rue au moins une fois tous les dix ans. Cette mesure fut étendue en 1904 à toutes les façades [Brandela, 1992]. Durant la première moitié du 20éme Siècle, l'application de cette loi a été quelque peu inégale et ce n'est que dans les années 60 que les campagnes de ravalement ont été relancées à Paris. Aujourd'hui encore, les propriétaires parisiens devraient procéder à un ravalement de façades au moins tous les dix ans. S'ils oublient cet engagement alors que l'état de leur immeuble le nécessite, la ville de Paris peut les contraindre à verser une amende de 150 € à 3 000 €.

 

CONCLUSION

Dans notre précédent calcul, nous nous sommes basés sur une fréquence réelle de ravalement de 40 ans. Si cette fréquence devait respecter la loi, elle serait de 10 ans soit 4 x le coût calculé sur 40 ans soit une dépense annuelle par parisien de 4 x 22 € = 88 €

Publié dans Pollution extérieure

Commenter cet article